Monday, February 4, 2013

Ottawa Celebrates Consecrated Life

Célébration de la vie consacrée/17e Journée mondiale de la vie consacrée - St. Maurice Church, Ottawa, Ontario
Présentation du Seigneur au Temple – 02.02.2013—The Presentation of the Lord


CONSACRÉS AU SEIGNEUR: JÉSUS ET LES PERSONNES CONSACRÉES
CONSECRATED TO THE LORD: JESUS & THE CONSECRATED
[Hebrews 2.10–11, 13b-18; Psalm 24 (23); Luke 2.22–40]




Today’s feast is surrounded by solemnity and special features, including associations with light. Simeon praises God for the Child Jesus as “a light for revelation to the Gentiles and glory for your people Israel.” Jesus’ presentation in the Temple on the fortieth day after Christmas is the completion of the Christmas cycle.

Both Simeon and the prophetess Anna, who frequented the Temple of Jerusalem, evoke the prospect of a happy death. Guided by the Spirit, they were privileged to have seen the Lord’s Messiah. The fear of death no longer held them captive (second reading).




Le vieillard Syméon et la prophétesse Anne, qui se rendait fréquemment au Temple de Jérusalem, invoquèrent la paix avec laquelle ils pouvaient maintenant mourir. Éclairés par l’Esprit, ils se reconnurent privilégiés d’avoir pu voir dans ce petit enfant le Messie de Dieu. Désormais, la peur de mourir n’avait plus d’emprise sur eux (lettre aux Hébreux).

Jésus est mort sur la croix pour le salut du monde. Marie, sa Mère, fut associé à lui dans le mystère de la Rédemption. Siméon dit à Marie : « Vois, ton fils, qui est là, provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. – et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. – Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. »

Selon la tradition juive, après la naissance d’un fils, la mère était rituellement impure pour sept jours ; s’ensuivi un temps de purification de 33 jours. Dans le cas de la naissance d’une fille, cette période de purification était le double – 80 jours – (Lévitique 12, 1-5). Au bout de 40 (ou 80) jours, la mère juive devait offrir pour le sacrifice un agneau, un pigeon et une tourterelle. Les pauvres qui n’avaient pas les moyens de fournir un agneau, pouvaient offrir, au lieu, deux tourterelles ou deux pigeons (12, 6-8) Dans son récit de ces événements, Luc dit que les parents de Jésus étaient venus offrir le sacrifice prescrit par la loi ensembles, comme s’ils ne savaient pas que le rituel de purification ne s’appliquait qu’à la mère du nouveau-né, ou plutôt, comme s’ils considéraient que le rituel devait s’appliquer à la famille toute entière.

In his recent book on the Infancy Narrative of Jesus, Pope Benedict XVI made an interesting distinction about the presentation of Jesus in the Temple. He said that in Luke’s account, Mary and Joseph did not “redeem” their Son and receive him back. Rather, they personally handed the Child Jesus over to God in the Temple, releasing him completely to God’s service. The evangelist evokes the language of sacrificial offering and priesthood here.



This is an interesting point for us who share in religious or consecrated life—including the diocesan priesthood. Our self-offering and commitment to the Church are similar responses to God’s call. We, too, have given ourselves over completely to God. Our offering is sacrificial, united to the mind and heart of the parents of Jesus and to the mindset of Jesus himself. It is a priestly self-donation to God the Father for witness and service in the church and to the world.

Luke described Jesus and His family as observant Jews on several occasions (cf. Luke 2.41; 4.16; 6.12; 9.28). This reality and today’s gospel hint that ritual devotions (morning and evening prayers, Sunday Mass, Friday abstinence, Lenten fasting) dispose souls for encounters with the divine.

The epistle to the Hebrews stands out by speaking of what is proper conduct for God. According to the author, God’s purpose is to lead many children (the Greek speaks of “sons,” but the sense is clearly inclusive) to glory. God does so by having allowed the Son Jesus to become “perfect through sufferings,” which alludes to his death on the cross. But it began long before that, in the incarnation, celebrated in the Christmas season, which reaches its conclusion with today’s presentation of Jesus in the Jerusalem Temple.

Ailleurs dans le Nouveau Testament Jésus est appelé archegos, un mot riche de sens, signifiant pionnier, prince, fondateur, auteur et chef. Jésus est celui qui ouvre le chemin pour ses disciples.

En prenant les devants et acceptant de mener sa mission jusqu’au mystère pascal, Jésus a été rendu parfait. Cette perfection a trait autant, sinon plus, à sa mission sacerdotale, qu’à sa perfection morale.

Toutes deux, l’Incarnation et la mort sur la croix, sont des expériences humaines qui font que Jésus, le Grand Prêtre, ne fait qu’un avec le peuple pour qui il intercède :

‘Il a dû devenir en tout semblable à ses frères, afin de devenir dans leurs rapports avec Dieu un grand prêtre miséricordieux et fidèle…car du fait qu’il a lui-même souffert par l’épreuve, il est capable de venir en aide à ceux qui sont éprouvés.’





Today’s feast also focuses on Mary, who offered Jesus to Simeon in the temple. Mary the Mother of Jesus is also the Mother of the Church. Her life of faith and consecration is a model for all the baptized and, in a special way, for all those in consecrated life. She is our guide, our mother and teacher, close to the followers of Christ on the path of the evangelical counsels.

We join in prayer, today, for all who have answered the invitation to consecrated life. We ask that they continue to be faithful witnesses to the Gospel, that they follow Jesus more closely, and that they grow ever deeper in God’s love.

Grand merci à vous tous qui êtes ici, vous qui représentez l’ensemble des hommes et des femmes consacrés présents dans notre archidiocèse, merci pour le témoignage que vous rendez dans notre communauté. Je compte sur vous en cette Année de la foi. Votre témoignage et votre collaboration à travailler à la Vigne du Seigneur sont essentiels à l’œuvre d’évangélisation à laquelle nous sommes appelés en notre temps.

No comments:

Post a Comment

Post a Comment