Wednesday, September 12, 2012

The Holy Name of Mary -125th Anniversary of Notre Dame de Lourdes Parish (Vanier)



In accordance with Jewish custom our Lady's parents named her eight days after her birth, and were inspired to call her Mary. The Hebrew name of Mary (in Latin Domina) means lady or sovereign; this Mary is in virtue of her Son's sovereign authority as Lord of the World. We call Mary our Lady as we call Jesus our Lord. When we pronounce her name, we affirm her power, implore her aid and place ourselves under her protection.

On this day dedicated to the Holy Name of Mary let us repeat that wonderful prayer of Saint Bernard, responding to Pope Benedict XVI 's invitation to “invite everyone to become a trusting child before Mary, even as the Son of God did. Saint Bernard says, and we say with him: 'Look to the star of the sea, call upon Mary … in danger, in distress, in doubt, think of Mary, call upon Mary. May her name never be far from your lips, or far from your heart … If you follow her, you will not stray; if you pray to her, you will not despair; if you turn your thoughts to her, you will not err. If she holds you, you will not fall; if she protects you, you need not fear; if she is your guide, you will not tire; if she is gracious to you, you will surely reach your destination”'(Benedict XVI, address at Heiligenkreuz Abbey, September 9, 2007). — Luciano Alimandi

* * *

Grant, we pray, almighty God, that, for all who celebrate the glorious Name of the Blessed Virgin Mary, she may obtain your merciful favour. Through our Lord Jesus Christ, your Son, who lives and reigns with you in the unity of the Holy Spirit, one God, for ever and ever.


* * * * * *

125th Anniversaire de la Paroisse
Notre-Dame-de-Lourdes (Vanier)

Photo: M. Christian Marcoux

125e anniversaire de la paroisse Notre Dame de Lourdes, Vanier
23e Dimanche de Temps Ordinaire (Année “B”) —le 9 septembre 2012

JESUS GUERIT, “EPHPHATA, OUVRE-TOI!”
[Isaïe 35,4-7a [Psaume 145 (146)]; Jacques 2,1-5; Marc 7,31-37]

Je salue en ce début de célébration chacun et chacune de vous qui participez à cette eucharistie de fête. Je tiens à saluer votre curé le père Gaétan Ouimet, ses collaborateurs, mon confrère dans l’épiscopat Mgr Deschamps le père Louis-Paul St-Laurent et le diacre René Angers.

Permettez-moi d’exprimer ma reconnaissance et celle de toute l’Église d’Ottawa aux Pères Montfortains qui assurent l’animation
de cette paroisse depuis le début et aux Filles de la Sagesse qui arrivent en 1891 et qui sont intimement liées à la vie de cette communauté.

Ce midi nous voulons rendre grâce au Seigneur pour le 125e anniversaire de fondation de votre paroisse. J’ai voulu porter pour cette célébration la crosse de mon prédécesseur Mgr Joseph Thomas Duhamel… qui a fondé votre paroisse et qui a fait appel aux Fils de la compagnie de Marie au moment de sa fondation pour assurer le ministère.

Votre paroisse, avec son église et sa grotte, c’est un peu comme un sanctuaire marial ici chez nous… les paroissiens et paroissiennes sont attachés à ces lieux mais plusieurs y viennent aussi à l’occasion pour saluer Marie… Je fais partie de ces personnes qui aiment bien se retrouver ici!

Frères et sœurs à chaque célébration eucharistique le Seigneur poursuit son ministère de guérison… Au moment d’entrer en célébration, invoquons la miséricorde de notre Dieu.

Photos de la messe qui suivent: Paul Lsuzon

 


En pensant aux cent vingt-cinq ans d'existence de votre paroisse, je me disais : Il s'en est fait du bien à Notre-Dame-de-Lourdes, depuis cent vingt-cinq ans!

Il y en a eu des gens - hommes et femmes, prêtres, diacres et laïcs, religieux et religieuses – qui, très généreusement, ont mis leurs talents au service de la communauté.

Elles ont été nombreuses les initiatives prises au cours des ans pour garder vivante la foi des membres de la communauté. Que de messes, que de sacrements, que de funérailles ont été célébrés à Notre-Dame-de-Lourdes! Que de prières, que d'actions de grâces ont été adressées à Dieu dans cette église et à la grotte! Que d'efforts ont été accomplis pour initier les jeunes à la vie chrétienne et pour aider les familles à mettre en pratique l'enseignement de Jésus.

C'est pour célébrer tout cela que nous sommes aujourd'hui ensemble. C'est pour tout cela qu'aujourd'hui, nous disons merci.

Nous nous rassemblons pour rendre gloire à Dieu pour cent vingt-cinq ans de grâces reçues dans les deux églises érigées dans ce quartier d’Eastview… de Vanier… sous le patronage de Notre-Dame-de-Lourdes.

Alors que nous sommes rassemblés dans la joie, nos cœurs sont tournés vers le Christ qui nous unit et nous appelle à continuer sa mission. Les textes de l’Écriture de ce jour de fête sont très riches et nous guident dans notre réflexion.

Le récit de l’Exode du peuple de Dieu et de sa libération de l’esclavage en Égypte peut nous servir de modèle alors que nous pensons au salut que nous apporte le Christ. Le prophète Isaïe voyait déjà dans le retour du peuple juif de Babylone un signe précurseur du ‘ nouvel exode ‘ qui surviendrait plus tard. Les prophètes qui suivirent utilisèrent la même image pour parler du salut de Dieu, des nombreux actes de libération que Dieu apporte à l’humanité, maintenant et par tous les temps.

L’activité libératrice de Dieu touche toute la nature, telle une végétation nouvelle qui remplace une terre sèche et aride (‘’ le pays torride se changera en lac; la terre de la soif, en eaux jaillissantes’’). Ainsi l’action salvatrice de Dieu touche toute personne qui a recourt à lui, guérissant tous les maux qui les affligent.

Lorsque Dieu vient au secours de ses bien-aimés, il les libère d’abord de la peur (‘’Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu… Il vient lui-même et va vous sauver’’).

Le prophète dresse ensuite une liste d’épreuves dont Dieu nous libérera: "Alors s’ouvriront les yeux des aveugles, et les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie’". Des temps nouveaux sont annoncés; Jésus l’appelle le Royaume de Dieu, un temps qui commence avec son ministère.




Lorsque Jésus guérit le sourd-muet, il lui met les doigts dans les oreilles pour lui permettre d’entendre. Puis prenant de la salive de sa bouche, Jésus lui touche la langue pour le libérer de ce qui l’empêchait de pouvoir parler. Celui qui est en santé….vient au secours de celui qui est malade.

Les mots que Jésus prononçe en Arménien ‘’Effata, ouvre-toi!’’ Et son geste de lever les yeux au ciel expriment sa relation avec le Tout-Puissant, celui de qui il tient le pouvoir de guérir. Ce miracle, comme celui de guérir l’aveugle de Bethsaïde témoignent et nous parle non seulement de la compassion de Jésus pour ceux qui souffrent physiquement mais de son désir de permettre à ses apôtres et, par la suite à chacun de ses disciples – même au 21e siècle- de pouvoir voir, comprendre et guérir les souffrances que nous portons… particulièrement les épreuves de la foi, les difficultés que nous rencontrons dans notre vie spirituelle.

Dans tout l’évangile de Marc on voit que Jésus s’est donné pour mission de faire en sorte que ses disciples puissent entendre et saisir quel est le plan de Dieu et puissent en parler à leur tour. Il invite ses disciples à adopter le regard de Dieu sur l’humanité et à porter leur croix comme il l’a fait. Il nous est permis de penser que la raison pour laquelle Jésus tient à se montrer discret lorsqu’il exerce ses pouvoirs surnaturels (‘’ il l’amena à l’écart, loin de la foule…Il leur recommanda de n’en rien dire à personne ‘’) c’est qu’il ne voulait pas qu’on le reconnaisse comme le Messie avant qu’il ne passe par les souffrances de la croix.

Dans les Écritures souvent Jésus déclare sa solidarité avec les petits qu’il décrit comme ses frères et sœurs : ceux qui sont affamés, assoiffés, étrangers, nus, malades ou emprisonnés.



Votre paroisse fait partie de ce projet de bâtir le Royaume de Dieu ici à Vanier. Vous avez vécus vos épreuves et vous avez dû relever de nombreux défis depuis cent vingt-cinq ans. Votre paroisse se retrouve maintenant au cœur de la grande ville… Autour de vous des personnes cherchent et s’interrogent…



La paroisse Notre-Dame-de-Lourdes doit faire face à un des grands défis d’aujourd’hui… Lorsque vous vous retrouvez à l’église vous réaliser qu’il y a des absents et vous connaissez les gens qui devraient être là. Ce sont vos enfants, vos petits enfants, vos voisins. Si à une époque la foi se transmettait facilement et naturellement entre les générations… ce n’est plus la réalité actuelle… Le prophète Ézékiel a bien écrit que dans ce « jour de brouillard et d'obscurité » les brebis du Seigneur sont dispersées.

Un prêtre du diocèse de Poitiers, en France nous racontait que sa paroisse avait besoin d'un trésorier, mais que le meilleur candidat, Jean, n'allait pas à la messe. À la demande du curé, il accepte de s’occuper de la comptabilité de la paroisse, mais averti qu’on ne devait « pas s'attendre à le voir à l'église ». Après quelques années Jean sert toujours en tant que trésorier. Et surprise ! Il va à l'église deux fois par mois!

Pourquoi interpeler et inviter nos frères et sœurs? Parce que la vie chrétienne est riche et offre la vie éternelle.

Comment chercher à les influencer? Vous avez deux moyens : vos prières et votre témoignage.

Vous pouvez vous dire « Bien beau pour l’Archevêque de dire ça… mais c’est sa tâche de prendre soin du troupeau… et il a le langage pour y arriver. » Je vous rappelle que votre baptême vous habilite pour cette tâche et vous rend responsable de l’annonce du Royaume ici chez vous!

Plus que ça, vous avez de gros avantages sur moi. Vous connaissez les personnes mieux que moi et vous avez des liens avec eux que je ne pourrai jamais avoir.


Par votre participation à la messe, le dimanche et même durant la semaine, par la prière du chapelet, ou encore en faisant des neuvaines, par des pèlerinages, par le jeûne vous pouvez présenter au Seigneur toutes ces personnes qui ont délaissées la pratique de la foi catholique. Choisissez une personne et priez pour elle tous les jours pendant un mois.

Votre prière peut être très simple, « Seigneur, donne à mes enfants la grâce de la foi catholique. »

Votre témoignage personnel est l’histoire de votre relation avec Jésus. Une prière exaucée, une guérison, un sentiment certain de la présence de Dieu. C’est votre histoire, propre à vous. Personne ne peut la contredire. C’est une perle précieuse que vous devez partager pour encourager la croissance de la foi autour de vous. Quand l’Esprit Saint aura donné la soif du Seigneur à quelqu’un, vous pourrez l’inviter à redécouvrir Son corps qui est l’Église…et l’inviter à participer à la messe et à la vie de la communauté.

Ne me dites pas que vous êtes gênés. Seriez-vous trop gênés pour lancer une bouée de sauvetage à un naufragé?

‘’Prenez courage, ne craignez pas’’. Construisez l'Église des jours qui viennent, travaillez à garder vivante la communauté chrétienne à laquelle vous appartenez, rayonnez au sein de votre famille, au travail et auprès de vos amis… et dans un an les bancs seront remplis. Il faudra ajouter d’autres messes le dimanche!



Je suis tenté de vous demander de lever votre bras si vous êtes prêt à vous engagez à prier quotidiennement pour une personne pendant au moins un mois et de lui témoigner de ce que Jésus fait dans votre vie. Mais je laisse cet engagement entre vous et le Seigneur. Je vous fais confiance !

Comme nous l’avons prié dans le psaume, ‘’le Seigneur fait justice aux opprimés’’. Cela n’a pas seulement trait aux pouvoirs de libération du Seigneur comme l’annonçait déjà Isaïe et aux pouvoirs de guérison de Jésus; cela nous parle aussi, comme nous dit saint Jacques, du caractère de la mission de Jésus, défenseur des pauvres et des opprimés, celui qui prend parti pour les pauvres et cherche à les protéger de ceux qui voudraient les opprimés ( ‘’Il les a faits riches de la foi, il les a faits héritiers du Royaume qu’il a promis à ceux qui l’auront aimé ‘’).

Chers amis, votre paroisse a cent vint-cinq ans. Gardez-la vivante. N'hésitez pas à vous impliquer pour la faire grandir. Mettez vos talents à son service. Imitez les membres des premières communautés chrétiennes. Ils étaient fidèles à se rassembler dans un même lieu pour " écouter l'enseignement des Apôtres ", pour " vivre en communion fraternelle ", pour " participer aux prières " et pour " rompre le pain ", c'est-à-dire célébrer l'eucharistie . En voyant comment ils vivaient, beaucoup de gens autour d'eux décidaient de devenir disciples de Jésus.


Que Dieu vous soutienne. Qu'il vous garde dans sa paix. Qu'il vous donne de chercher sa Sagesse, de la trouver, de la contempler et de vivre à sa lumière.

Je vous confie à Notre-Dame-de-Lourdes. Qu'elle vous conduise au Christ, qu'elle vous le fasse aimer de plus en plus et qu'elle fasse de vous ses témoins. AMEN.

No comments:

Post a Comment

Post a Comment