Tuesday, June 5, 2012

Youth Gathering at the Diocesan Centre - Saint Boniface, martyr



The Under the Son Rally that normally takes place towards the end of May, beginning of June, did not get much traction this year so it was cancelled.  But a spontaneous Saturday evening gathering of young people at the Diocesan Centre was quickly organized and drew some fifty adolescents and young adults.

I had been asked to speak about how one becomes "rooted in Christ" and develops one's relationship with Our Lord.  In my presentation I mentioned the Pauline prayer in Ephesians 3.14-21 and the following reflection given by the former Superior General of the Jesuits who speaks of how one's life changes by falling in love (including with our Lord and Saviour Jesus Christ):

Fall in Love (attributed to Fr. Pedro Arrupe, SJ [1907–1991])

Nothing is more practical than
finding God, than
falling in Love
in a quite absolute, final way.
What you are in love with,
what seizes your imagination, will affect everything.
It will decide
what will get you out of bed in the morning,
what you do with your evenings,
how you spend your weekends,
what you read, whom you know,
what breaks your heart,
and what amazes you with joy and gratitude.
Fall in Love, stay in love,
and it will decide everything.

* * *

The evening included board games and "ice-breakers" at the tables, supper (hot dogs and chips and drinks), a conference in the chapel, a period of reflection before the Blessed Sacrament, which also allowed time for celebrating the Sacrament of Reconciliation.  It was a light but enjoyable evening:













* * * * * *
SAINT BONIFACE
Archevêque de Mayence, Martyr (680-754)


Boniface, appelé d'abord Winfrid, naquit en Angleterre, l'an 680. Une maladie grave que Dieu lui envoya décida son père à le laisser partir dans un monastère.

Devenu professeur après de brillantes études, Winfrid, par sa science et son éloquence, acquiert une réputation dont il est effrayé; alors, refusant tous les honneurs, il tourne toute l'ambition de son zèle vers les contrées encore païennes de la Germanie, et n'a qu'un désir: devenir apôtre de l'Allemagne.

En 718, il va s'agenouiller aux pieds du Pape Grégoire II et reçoit de lui tous les pouvoirs apostoliques. Après avoir traversé, en exerçant sa charité pour les âmes, la Lombardie, la Bavière et la Thuringe, il va se joindre à saint Willibrord, apôtre des Frisons; mais il s'enfuit dès que celui-ci veut lui conférer l'épiscopat. Winfrid évangélise alors la Thuringe, dont les sauvages forêts se couvrent bientôt de monastères et se peuplent de saints.

La moisson est trop abondante, il lui faut des auxiliaires; le Pape l'appelle à Rome, le sacre évêque et change son nom en celui de Boniface. L'apôtre, secondé par de vaillants missionnaires, travaille avec plus d'ardeur que jamais à étendre le règne de l'Évangile. Ses saintes audaces sont bénies du Ciel.

Un jour, il fait abattre un arbre de superstition, qui servait d'idole à un peuple aveugle, et quand la foule en fureur va se jeter sur lui, un prodige vient soudain la calmer: l'arbre énorme se plie sous une main invisible et va tomber en quatre tronçons aux pieds du Saint. Le Christ avait vaincu; des milliers de païens demandèrent le baptême.

Boniface était de nouveau débordé par l'immensité de ses succès; il fait un appel à sa patrie, et bientôt de nombreux missionnaires viennent se joindre à lui. Archevêque, légat du Pape, Boniface ne s'attribue point la gloire de ses oeuvres; Dieu est sa seule force et son seul recours; voilà le secret de ses conquêtes pacifiques.

A ce héros, il ne manquait plus qu'un combat; à ce triomphateur, il ne manquait plus qu'une victoire. Un matin, Boniface se préparait à offrir le Saint Sacrifice, quand une foule armée se précipite vers lui en poussant des cris sauvages; son entourage court aux armes; mais Boniface sort de sa tente: "Cessez le combat, mes enfants, dit-il, voici l'heure de la délivrance!" Bientôt l'apôtre tombe sous les coups de ces barbares avec tous ceux qui l'accompagnent. On le trouva criblé de blessures, tenant en main le livre de saint Ambroise: Du bienfait de la mort. [Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.]

No comments:

Post a Comment

Post a Comment