Monday, May 21, 2012

Centenaire de la paroisse Saint-Bernardin Parish's Centennial



This past weekend was very busy: a Jesuit priest's ordination in Toronto on Saturday morning, followed by the opening ceremonies of the 109th State Assmbly of the Knights of Columbus of Ontario that evening, yesterday morning presiding at a Mass of Thanksgiving for the Centennial of the Village and Parish of St. Bernardin (whose feast on May 20 gave way to the Solemnity of the Ascension of Our Lord) and, finally yesterday and today the middle and closing part of the Montee Jeunesse/Youth Summit in Montreal.

A report on these events will be given in coming days, especially the wonderful procession with the Blessed Sacrament in the streets of Montreal (from St. Joseph`s Oratory to the Cathedral of Mary Queen of the World & St. James) and the news that the next Youth Summit-Montee Jeunesse will be held in the Archdiocese of Quebec in 2014!

Meantime, here is my homily at yesterday's Parish Centennial Mass with photos courtesy of Rhéal Lafrance.



 Solennité de l’Ascension du Seigneur – 20 mai 2012

POURQUOI L’ASCENSION DU CHRIST
EST IMPORTANTE POUR NOUS TOUS
[Textes : Actes 1, 1-11 (Psaume 46[47]); Éphésiens 4, 1-13; Marc 16, 15-20]

Les anniversaires sont des moments importants dans la vie des paroisses, comme ils en sont dans la vie des personnes, des familles, des peuples. Ils permettent de regarder le passé et de l’apprécier à sa juste valeur. Ils invitent à considérer le présent en discernant ce qu’il recèle de beau et de bon. Ils impliquent aussi un regard vers l’avenir.

Au cœur des anniversaires des paroisses, il y a toujours une messe, une eucharistie. Le mot eucharistie signifie action de grâce. L’eucharistie de ce matin en ce 20 mai 2012, jour de la fête de votre patron saint-Bernardin… – mais qui cède cette année sa place pour fêter l’Ascension du Seigneur – est un moment important dans les fêtes du centenaire de votre paroisse et a pour but de rendre grâce pour l’histoire de votre communauté chrétienne. Pour toute l’histoire : celle d’hier, celle d’aujourd’hui et même celle de demain qui est à construire.

Il y a de cela déjà plusieurs années, les évêques du Canada décidèrent de transférer la solennité de l’Ascension du Seigneur du quarantième jour après Pâques ‘‘le jeudi de l’Ascension’’ au septième dimanche de Pâques. Puisque l’Ascension est porteuse d’une vérité tellement précieuse pour les disciples du Christ, les évêques décidèrent qu’il valait la peine de la déplacer afin de permettre au plus grand nombre de fidèles de célébrer cet événement et d’en percevoir la profonde signification dans le cadre du mystère pascal.

Le départ de Jésus dans la gloire le jour de l’Ascension, ne signifie pas qu’il ait quitté notre monde. Au contraire, son absence physique s’est traduite par une nouvelle présence parmi tous les peuples, pour tous les siècles à venir. Le jour de l’Ascension, le Christ ne s’est pas placé en dehors du temps; il s’est plutôt investit dans le temps, pour tous les temps! J’aime bien rappeler, particulièrement lors des anniversaires comme celui de ce matin, la parole de Jésus qui affirme : ‘Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.’

Le jour de l’Ascension Jésus ‘‘est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant pour nous devant la face de Dieu (Hébreux 9, 24). L’Ascension nous parle également de notre propre destinée, car Jésus est allé nous préparer une place dans la maison de son Père (Jean 14, 2-3) De retour auprès de son Père, il nous fait don d’une force intérieure, celle de l’Esprit Saint, qui nous permet de nous mettre en marche pour la mission qu’il nous a donné ‘‘d’aller faire des disciples partout dans le monde’’ (Matthieu 28, 19).

Cette mission que Jésus a confiée à l’Église nous est décrite ce matin dans l’évangile de Marc (16, 9-20) et nous fait voir comment l’Église a toujours considéré la Résurrection et l’Ascension du Christ comme constituant les éléments fondamentaux dans l’histoire de la foi et le point de départ du travail missionnaire des premiers chrétiens et de la mission de salut de l’Église.

L’évangile d’aujourd’hui ne débute pas avec les paroles de Jésus dans lequel il reproche à ses disciples leur difficulté de croire (16, 14). Il commence plutôt avec le commandement que Jésus nous fait : ‘‘Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création’’, texte semblable à ceux que l’on retrouve dans les Actes des Apôtres (Ac 1,8) et dans l’évangile de Matthieu (Mt 28, 18-20).

Il est bon de se souvenir que ces paroles du Seigneur sont à l’origine de toute démarche en Église et certainement de la décision de fonder de votre paroisse en 1912. Votre paroisse a été fondée par mon prédécesseur Mgr Charles Hugh Gauthier à partit d’un détachement de territoire des deux paroisses voisines, Saint- Bernard de Fournier et Saint-Grégoire-de-Nazianze de Vankleek Hill.




On raconte que les nouveaux paroissiens désiraient un nom semblable à leur ancienne paroisse… pas facile à trouver avec Saint-Grégoire-de-Nazianze, mais plus facile avec Saint-Bernard. Chose certaine Mgr Gauthier vous plaça en 1912 sous la protection de saint Bernardin. Ce saint franciscain devient prêtre et son prieur lui donna la charge de la prédication… charge qu’il assuma fidèlement toute sa vie. On dit qu’il prêcha partout… particulièrement sur les places publiques cherchant toujours à parler d’une manière concrète, directe, insistant sur l’importance d’une vie chrétienne authentique et sur la première place à donner au Christ. Vie mystique, vie morale et vie sociale sont chez saint Bernardin inséparables. Par sa parole et son exemple, il annonça l’Évangile avec grand succès jusqu’à la fin de sa vie. Saint Bernardin a répondu à l’appel du Seigneur ressuscité : ‘‘Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création’’. Le Christ a fait des dons à son Église pour que la mission continue. Il le fait toujours aujourd’hui… Cela dépend aussi de nous, du sérieux avec lequel nous construisons le corps du Christ.

Vingt prêtres se sont succédés comme pasteur de votre communauté depuis l’abbé Alphonse Sénécal en 1912. De nombreuses personnes généreuses se sont engagées depuis la fondation de votre paroisse pour faire de Saint-Bernardin une paroisse vivante et chaleureuse. De ce terreau de foi ont surgi des vocations sacerdotales et religieuses. Aujourd’hui encore de nombreux baptisés travaillent pour soutenir et servir la paroisse et depuis quelques années j’ai mandaté deux personnes de votre communauté pour aider les prêtres dans leur charge pastorale.

Après avoir envoyé ses disciples en mission, Jésus fut ‘enlevé au ciel’; cela nous révèle que cette action fut accomplie sous la puissance de Dieu le Père. Et Jésus ‘s’assit à la droite de Dieu’ – cela confirme que Jésus est le Seigneur de l’Univers et de toute activité humaine. Le Christ ressuscité et glorieux est toujours à l’œuvre alors qu’ils proclament son message de vie par toute la création. Voilà pourquoi nous pouvons dire que l’Ascension du Seigneur et la mission apostolique de l’Église sont intimement liés.

Les dernières paroles que l’on retrouve dans l’évangile d’aujourd’hui sont fort semblable à celles que l’on retrouve dans les Actes des Apôtres, ils nous font voir que le jour de l’Ascension marque le début de l’action missionnaire de l’Église et de la proclamation de l’Évangile. Monté au ciel, le Christ demeure présent à son Église : ‘‘le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient’’.

La communauté chrétienne qui est ici à Saint-Bernardin a connue des joies mais aussi des défis… en 1986 vous avez apprit que l’église présentait des faiblesses de structure… elle devait être fermée et démolie. En peu de temps la communauté de l’époque - ça fait déjà plus de 25 ans - décident de reconstruire une nouvelle église plus petite et plus adaptée. Elle devient source de fierté et rappelle encore aujourd’hui la présence de la communauté des croyants dans votre petit village de l’Est ontarien.

Votre paroisse a cent ans. Elle n’est plus ce qu’elle était. Elle n’a pas à redevenir à ce qu’elle a été. Regardez en avant. Allez de l’avant. Continuez à travailler avec les paroisses de votre unité pastorale… c’est une source sûr pour l’avenir de l’Église dans votre région. Soyez chaque jour des chrétiens et des chrétiennes dignes de ce nom. Faites honneur à Dieu en vivant dans la joie et dans l’espérance. Dieu vous bénira. Il vous fera porter du fruit. Et n’oubliez pas : il compte sur chacun et chacune d’entre vous pour relever les défis du temps présent et construire l’Église qui vient.

Jésus ne nous demande pas de convaincre, de prouver… mais de témoigner avec joie de notre foi. Il nous invite à être des chrétiens audacieux, joyeux de croire, et qui donnent envie de le devenir. Que nos visages révèlent à nos frères et sœurs la joie du Christ ressuscité! Et rappelons nous que de retour auprès de son Père, Jésus nous fait don d’une force intérieure, celle de l’Esprit Saint, qui nous permet de nous mettre toujours en marche pour la mission qu’il nous a confié!







No comments:

Post a Comment

Post a Comment