Wednesday, December 21, 2011

Soon SAINT Kateri Tekakwitha - O Oriens - La Paroisse St. Claude devient une chapelle

Here is wonderful news not only for the Native Peoples of Canada and the USA, but for all Catholics: the forthcoming canonization of Kateri Tekakwitha (October 2012?). 

One of my predecessors as Archbishop of Ottawa, Mgr Guillaume Forbes, had a close association with the Native Community of Kahnawake.

While the Vatican does not release details of what miracle is attributed to a saint's intercession with God, here is a heartening story that Archbishop Alex J. Brunette, now emeritus of Seattle, had told me about in a 2010 journey we took together to Lebanon and Syria.  Leslie Scrivener of the Toronto Star has written up a riveting story: 

‘Lily of the Mohawks’ on brink of sainthood

By Leslie Scrivener –  Toronto Star Feature Writer

Jake Finkbonner is terribly scarred, the effect of a vicious flesh-eating bacterium that was consuming his face. His doctors were sure the Washington state 5-year old would die.

He is alive — now 11 — his parents believe, because of their prayers to Kateri Tekakwitha, a 17th century Mohawk woman who, like Jake, had a facial disfigurement.

The Vatican announced Monday that Pope Benedict XVI has approved a second miracle attributed to Tekakwitha, leading the way to canonization next year. She will become Canada’s first aboriginal saint

Jake was the miracle. He was playing basketball in 2006 when he was pushed into the base of a portable stand, his lip swelled, then his face, and he developed a fever. In the hospital, the infection, called Streptococcus A, outpaced doctors’ efforts to halt it by removing pieces of his skin.

“The usual treatment is amputation, but it was his face,” says his mother Elsa Finkbonner, from their home in Ferndale, in northwest Washington. “Every single day they took more and more away from his face. Pretty well the only thing left was his nose.”

But they started praying to Tekakwitha, who had been beatified — the step before canonization — by Pope John Paul II in 1980. Hundreds of undocumented miracles were attributed to the young woman, known as Lily of the Mohawks, who died in 1680 and is buried at St. Francis Xavier Church in Kahnawake, Que., south of Montreal.

John Paul, an enthusiastic promoter of saints of different ethnic backgrounds, allowed her to be beatified on the strength of many cures, rather than one fully researched and verified miracle as is usually required for beatification.

Jake’s disease had raged for three weeks — he’s had 29 surgeries — and then it stopped. “The doctors have admitted, sure, there was medical science,” Finkbonner says. “Was it that in itself? They can’t explain it. For two weeks they were trying to get ahead of it and couldn’t.”

In her mind, however, it’s clear: “I know it was a miracle.”

Tekakwitha’s journey to sainthood began with her death at 24 and for more than a century Catholics have been working toward her canonization. More is known about her life than any other native person at the time of European contact, says Allan Greer, a McGill University history professor and author of Mohawk Saint — Catherine Tekakwitha and the Jesuits.

Her first biographer, the French Jesuit Claude Chauchetière, who was mystically inclined himself, was present at her deathbed. It was reported that the smallpox scars that had disfigured her face appeared to vanish. The homely woman was suddenly a beauty.

A convert and a celibate, who refused to marry, she had practiced self flagellation and other mortifications of the flesh, walking barefoot in the snow, putting coals between her toes and sleeping on a bed of thorns. These practices, which she shared with a group of women, could lead to a feeling of mystical ecstasy. “ … they sought to invest their suffering with meaning but also to cross the threshold of the divine,” Greer writes.

Chauchetière interviewed people who had known Tekakwitha. She appeared in visions to her friends, and eventually to Chauchetière, who was despairing of his own efforts as a missionary. He had an open mind. He acknowledged that Tekakwitha, a native and a woman, could be his spiritual superior and a potential saint.

“Elevating her above himself and everybody else, it was a reversal of the colonial hierarchy,” says Greer.

The Jesuit goes on to test the miracle hypothesis, experimenting with the sick and dying to see if she can bring about healing, by giving them her rosary beads or a potion made from dust from her tomb.

Tekakwitha, born in New York state, is embraced by both Americans and Canadians for her saintliness. She has become an unofficial patron of the environmental movement — she was portrayed, Greer notes, as a “child of nature,” living near rushing streams and dark forests.

“She represents physical and spiritual holiness,” says Rev. Thomas Rosica of Salt and Light Catholic Media Foundation, which is making a film of Tekakwitha’s life. “She is a very clear hero for native people and a saint for North America.”

As for Jake Finkbonner, his mother says he loves dogs, playing sports and video games. “A typical 11-year-old boy.”

* * * * * *

December 21 - O Oriens - O Dawn

O morning star, splendour of the light eternal and bright sun of righteousness: come and bring light to those who dwell in darkness and walk in the shadow of death.
Amen. Come, Lord Jesus.

O Oriens,
splendor lucis aeternae,
et sol justitiae:
veni, et illumina
sedentes in tenebris,
et umbra mortis.

[Texts: Numbers 24.15b-17; Luke 1:78, 79; Malachi 4:2]

O come, O come, thou dayspring bright!
Pour on our souls thy healing light;
dispel the long night's lingering gloom,
and pierce the shadows of the tomb.

Rejoice! Rejoice! Emmanuel
shall come to thee, O Israel.

O come, Thou Dayspring, come and cheer,
Our spirits by Thine advent here;
Disperse the gloomy clouds of night,
And death's dark shadows put to flight.

* * * * * *



Paroisse Saint-Claude – Messe d’action de grâce
Le quatrième dimanche de l’Avent, année B –
le 18 décembre, 2011
L’Incarnation : ‘’Car rien n’est impossible à Dieu’’
{Textes : 2 Samuel 7, 1-5; 8b-12,14a, 16 ; Psaume 88 (89); Romains 16, 25-27; Luc 1, 26-38}
L’Avent est le temps de l’attente de la venue de Dieu… En ce quatrième dimanche de l’Avent 2011 alors que la paroisse Saint-Claude vit un temps de passage, de changement, nous voulons rendre grâce au Seigneur… pour tout ce qui a été vécu ici et nous voulons aussi présenter à Dieu l’avenir de la communauté chrétienne francophone de Blackburn Hamlet qui va poursuivre sa route en marchant maintenant avec les paroissiens et des paroissiennes de la paroisse Sainte-Marie.  
Sous le regard de Marie, en relisant et méditant son histoire d’amour avec Dieu, nous nous préparons à revivre le mystère de Noël… et en même temps pour vous de la communauté de Saint-Claude à entrer dans une nouvelle façon de faire Église… de vivre en paroisse…

Aujourd’hui saint Paul termine sa lettre aux Romains par une louange qu’il adresse à Dieu. Dans cette épître, Paul parle « de la révélation d’un mystère qui était resté dans le silence depuis toujours, mais qui aujourd’hui est manifesté.»

Le silence de Dieu nous parle de sa majesté divine et, comme le dit saint Paul un peu plus loin dans sa lettre, de sa sagesse éternelle. « Gloire à Dieu, le seul sage… pour les siècles des siècles! » Comme le dit saint Paul, Dieu se montre d’une grande sagesse alors qu’il guide les humains, malgré le fait que ses décisions leurs sont insondables et que ses chemins leurs paraissent impénétrables. (Romains 11, 33)

Les écrits et la prédication de Paul nous parlent surtout de la mort du Christ et de sa résurrection. Mais dans la doxologie de Paul aujourd’hui, en ce quatrième dimanche de l’Avent,  nous voyons que c’est dès le moment de son incarnation  – un terme que nous retrouvons plus souvent dans l’évangile de saint Jean que dans les écrits de Paul – que Dieu a voulu rompre le silence au sujet du salut de l’humanité.
Il y a déjà plus de 2000 ans, tout ce qui avait été annoncé dans l’Ancien Testament, dans les écrits des Prophètes a été portés à la connaissance de toutes les nations, et a connu sa plénitude dans la naissance du Christ. Pourquoi Dieu a-t-il choisi un chemin aussi simple…  que l’annonce faite à Marie pour lancer « officiellement », si on peut dire, l’histoire du salut ?
La réponse à cette question demeurera à jamais inscrite dans le mystère du silence de Dieu.
Toutefois, les Écritures nous montrent que souvent Dieu surprend l’humanité par ses nouvelles initiatives. Le deuxième livre de Samuel nous raconte comment, une fois débarrassé de tous les ennemis qui l’entouraient, David décida de construire une maison plus convenable pour Dieu, un temple, à Jérusalem. Mais voilà que Dieu intervint, en se manifestant au prophète Nathan, pour dire à David que ce ne sera pas lui qui construira un temple à Dieu, mais qu’au contraire ce sera Dieu qui bâtira une maison pour David.
« Le Seigneur te fait savoir, David, qu'il te fera lui-même une maison.» De plus Dieu promit à David « Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours.»

Ici, la communauté chrétienne de Blackburn Hamlet a bâti un temple à Dieu… c’était en 1986… cette église qui vous rassemble depuis 25 ans deviendra très bientôt une chapelle de la paroisse Sainte-Marie. Cette église a été construite bien des années après l’établissement de la paroisse… C’est bon de se souvenir que la communauté chrétienne est toujours première…

Dans la dernière année, vous avez cherché le meilleur pour votre communauté et vous avez accepté de regarder le présent et l’avenir avec réalisme en acceptant, comme le roi David, de faire autrement et en comptant sur la promesse de Dieu… « J’ai été avec toi dans tout ce que tu as fait. » 

Cette promesse de Dieu parue s’estomper pour le peuple de Dieu au temps de l’Exil et avec la fin de la dynastie du roi David. Mais les prophètes du temps de l’Exil, comme ceux qui sont venus par la suite, continuèrent de proclamer leur foi en la promesse faite à David. Celle-ci se réalisera, selon eux, grâce à la venue d’un messie qu’on entrevoyait tantôt comme un bon roi rempli de l’esprit de Dieu, tantôt comme un saint prêtre.
Dans son récit de l’annonce faite à Marie, saint Luc relate plusieurs des qualités que les prophètes attribuaient à ce personnage messianique qui succéderait au roi David : «  Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père… et son règne n'aura pas de fin. »
Avec la venue de Dieu parmi nous, nous savons désormais que la mention du règne éternel de la maison de David a trait non pas à l’établissement d’une dynastie temporelle quelconque,  mais à la personne de Jésus, Christ et Seigneur. Cet « enfant » sera saint; on l’appellera Fils de Dieu.
Marie, à qui l’ange Gabriel a annoncé la bonne nouvelle de la venue du Messie, avait déjà été bien préparée par Dieu à accueillir le dernier descendant de la maison de David. L’ange s’adressa à elle en lui disant « tu as trouvé grâce auprès de Dieu…le Seigneur est avec toi…Sois sans crainte, » et lui transmit l’invitation de Dieu de concevoir un fils par la puissance du Saint-Esprit qui « la couvrira comme une ombre. »
Perplexe devant ce qui lui arrivait, Marie demanda à Gabriel : « Comment cela sera-t-il possible, puisque je suis vierge? » L’ange la rassura en lui disant que tout cela se déroulerait selon les dessins de Dieu et il lui donna un signe que cette conception virginale était tout à fait possible, en lui annonçant qu’Élisabeth, sa parente attend elle-même un fils, malgré son âge avancée. L’ange Gabriel termina son message en énonçant cette vérité que l’on retrouve maintes et maintes fois dans les Écritures : « Car rien n’est impossible à Dieu. »

Le « oui » de Marie à l’appel de Dieu – « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole »- sert de modèle à tous les croyants, surtout en ce temps de l’Avent, alors que nous avons nous-mêmes à répondre aux appels de Dieu qui rompt le silence pour s’adresser à nous.
Dans les prochains mois, que Marie soit pour vous un modèle qu’elle vous inspire la générosité pour ouvrir des espaces d’accueil, d’écoute et de partage alors que vous chercherez à vivre dans votre nouvelle paroisse tout en conservant votre lieu de culte ici à Blackburn Hamlet.

Le bienheureux pape Jean Paul II nous rappela que l'Avent est un temps marial par excellence car Marie est celle qui a accueilli de façon exemplaire le Fils de Dieu fait homme. Marie nous aide à ouvrir les portes de notre cœur au Christ, notre Rédempteur. Elle nous encourage à attendre le Seigneur et à accepter de collaborer à la réalisation du projet de Dieu.

Dans cette eucharistie rendons grâce au Seigneur qui nous invite à l’accueillir dans la foi, à l’exemple de Marie.

No comments:

Post a Comment