Sunday, December 25, 2011

Noël, l’accès à la présence de Dieu - The Nativity of Our Lord Jesus Christ (the Roman Martyrology)



MESSAGE DE NOËL 2011
de Mgr Prendergast, s.j., Archevêque d’Ottawa




 
Chers frères et sœurs dans le Christ,

La revue Time a récemment choisi « le protestataire » comme la personne de l’année 2011. Cela reflète bien la situation mouvementée dans laquelle se trouve notre monde : des soulèvements au Moyen-Orient, le mouvement des indignés dans les principaux pays industrialisés, et de violentes agitations un peu partout.

Nos écoles et nos médias sociaux nous offrent beaucoup de possibilités de développement personnel. Mais voilà que ces endroits s’avèrent être également des lieux où, trop souvent, des jeunes sont victimes d’intimidation. Actuellement, la vie dans le sein maternel est menacée par l’avortement. Et quand on pense à la fin de notre vie, on réalise qu’elle peut, elle aussi, être menacée par l’euthanasie.

Pourtant, nous attendons tous un message qui nous apportera un brin d’espérance. Nous recherchons tous le bonheur et nous désirons tous la paix. Voilà précisément ce que Dieu nous offre alors que nous célébrons le mystère de Noël. Il a envoyé son Fils dans notre monde afin de nous amener à partager sa vie divine.

Tous les passages de la Bible nous parlent de la tendresse et de la compassion de Dieu pour son peuple. On y raconte comment Dieu se fait proche et nous invite à le suivre. Dieu a fait cela de manière extraordinaire en venant partager notre condition humaine et en prenant chair de la Vierge Marie.

Dieu a choisi de vivre parmi nous. Il a connu la pauvreté, la faim, la soif, la tentation, la trahison, et il a connu une mort souffrante et dégradante. Il nous a montré que le chemin de Dieu est fait d’amour, de pardon et de services rendus aux autres.

Dans ses Exercices spirituels, saint Ignace de Loyola invite les croyants à imaginer la situation dans laquelle se trouvait le monde au moment de la naissance de Jésus – les guerres, les agitations, les désastres, et les péchés de toutes sortes contre la justice et la dignité humaine – qui a amené Dieu à vouloir intervenir.

Ce guide spirituel, qu’est saint Ignace, rempli d’une grande sagesse, nous invite à nous imaginer l’échange qui a pu avoir lieu entre les trois personnes de la Trinité. Dieu décida que le Verbe divin prendrait chair afin de ramener l’humanité à lui et ainsi partager avec lui la vie éternelle. La première partie se veut plus théorique : nous montrer le grand dessein de Dieu. La seconde partie nous fait voir comment cela s’est déroulé concrètement : Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ; pour te sauver, pour me sauver.

Le pape Benoît XVI a récemment écrit une lettre apostolique intitulée Porta fidei (La porte de la foi). Dans ce texte, le pape nous rappelle que Dieu garde toujours une porte ouverte par laquelle nous pouvons accéder à sa présence. Les bergers et les mages ont eu facilement accès à l’Enfant Jésus. Il n’y avait pas de château, pas de forteresse, pas de gardes à déjouer pour accéder au Roi des rois. Dieu veut t’attirer à lui, toi aussi. Tu peux te rapprocher de Jésus sans crainte et sans hésitation.

Durant ces jours saints, prenez le temps de vous arrêter devant la crèche de Noël, que ce soit devant celle qui se trouve chez-vous, dans votre église paroissiale, ou encore à la cathédrale Notre-Dame.




Priez le Seigneur en silence. Imaginez que Marie vous offre de prendre l’Enfant Jésus dans vos bras. Profitez-en pour confier à votre Seigneur et Sauveur vos désirs les plus chers. Écoutez le Seigneur Dieu vous dire, comme il l’a certainement dit aux bergers et aux mages, comment vous pouvez partager la Bonne Nouvelle avec ceux et celles qui ont soif de Dieu et qui cherchent des raisons d’espérer et de découvrir le bonheur. Nous pouvons tous vivre du Royaume de Dieu et partager son trésor.

Demandons à Marie, elle qui trouvait grande joie à présenter son Fils au monde, autant aux bergers qu’aux rois, d’intercéder auprès de son Fils, afin que nous puissions tous connaître les bienfaits de Noël, c’est-à-dire la joie et la paix.

Joyeux Noël !
L’archevêque d’Ottawa

+Terrence Prendergast, S.J.


* * * * * *





The Twenty-Fifth Day of December,
when ages beyond number had run their course
from the creation of the world,
when God in the beginning created heaven and earth,
and formed man in his own likeness;

when century upon century had passed
since the Almighty set his bow in the clouds after the Great Flood,
as a sign of covenant and peace;

in the twenty-first century since Abraham, our father in faith,
came out of Ur of the Chaldees;
in the thirteenth century since the People of Israel were led by Moses
in the Exodus from Egypt;
around the thousandth year since David was anointed King;
in the sixty-fifth week of the prophet Daniel;

in the one hundred and ninety-fourth Olympiad;
in the year seven hundred and fifty-two
since the foundation of the City of Rome;
in the forty-second year of the reign of Caesar Octavian Augustus,
the whole world being at peace,

Jesus Christ, eternal God and Son of the eternal Father,
desiring to consecrate the world by his most loving presence,
was conceived by the Holy Spirit,
and when nine months had passed since his conception,
was born of the Virgin Mary in Bethlehem of Judah, and was made man:
The Nativity of Our Lord Jesus Christ according to the flesh.

[From the Roman Missal, Third Edition, Appendix I.]

* * * * * *

Merry Christmas !


No comments:

Post a Comment

Post a Comment