Wednesday, June 23, 2010

Closing of Dominican Chapter at Couvent St. Jean Baptiste, Ottawa

This evening is the Vigil of the Nativity of St. John the Baptist. The Dominican Community and its Parish Church here bear the name of the Lord's Forerunner.

This reminded me to account for my visit to the Chapter of Election of the Order of Preachers at the Couvent St. Jean Baptiste on the Solemnity of the Sacred Heart.

Below you will the homily delivered on the occasion, interspersed with photos of the occasion: an open session of the chapter with Mgr Roger Ebacher of Gatineau and myself, along with contemplative and active religious and lay Dominican women who took part in the festive closure of the gathering at which frère André Descôteaux was elected Prior Provincial for a first four-year term, Mass and festive dinner.

* * * * * *

LE SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS: Messe de clôture du chapitre provincial des Dominicains - 11 juin 2010 – Couvent Saint Dominique, Ottawa [Textes : Ézéchiel 34, 11-16; Psaume 22 (23); Romains 5, 5b-11; Luc 15, 3-7]

« AUT CUM DEO, AUT DE DEO… »



Chers frères et sœurs de la famille dominicaine,
Chers frères et sœurs dans le Christ :

Se réunir pour étudier les défis de la vie consacrée dominicaine dans le contexte d’aujourd’hui est en soi un défi… La complexité du monde et de ses besoins, la réalité des effectifs disponibles et l’ampleur du souci pastoral sont des éléments dont vous devez tenir compte. Vous vous y êtes préparés depuis un bon moment, dans la prière chorale et privée, dans la contemplation silencieuse. Vous avez étudié les enjeux en présence, et vous avez consulté les membres de votre province. Présents au Canada et dans d’autres pays d’Afrique et d’Asie, vous œuvrez dans le ministère pastoral multiforme, surtout en proclamant la Parole par la recherche, l’enseignement ou la prédication.



Lors de sa catéchèse du 26 mai dernier, le pape Benoît XVI a dit : « L’annonce de l’Évangile est le plus grand service que l’on puisse rendre à l’homme. » N’est-ce pas là l’intuition fondamentale de votre père saint Dominique? Pour lui, donner la Vérité était le plus grand acte de charité. Notre époque comprend plusieurs traits semblables au temps de la fondation de l’Ordre.

Le rôle de l’Ordre des Prêcheurs a toujours été de préparer le terrain au travail de l’Esprit et à l’établissement de communautés locales. Prêcher, enseigner par la parole et par la vie, afin que la foi jaillisse chez les populations qui ne connaissent pas Jésus Christ. D’autres viennent ensuite, et établissent des communautés de foi et les structurent. Vous avez été, et vous l’êtes encore, présents dans les milieux non chrétiens. Sans tomber dans les catégorisations faciles, on peut affirmer que nos milieux contemporains correspondent à cette caractéristique.

Chez les saints dominicains, on trouve la particularité suivante : la vie intellectuelle n’est pas développée au détriment de la vie de foi. Vous devez être à la fois à la fine pointe de la réflexion et de la recherche, et, comme religieux, attentifs aux besoins des ‘petits’. Il vous faut toujours trouver l’équilibre entre le scepticisme du philosophe et du chercheur, essentiel pour faire avancer la réflexion, et la confiance de qui est rempli d’une foi vivante en celui qui se révèle. Ce n’est pas chose facile.

Votre frère aîné, saint Thomas « a toujours été proposé à juste titre par l’Église comme un maître de pensée et le modèle d’une façon correcte de faire de la théologie » (Jean-Paul II, Fides et ratio, n 43). Si vos contemporains ne peuvent pas tous poursuivre des études universitaires, tous peuvent toutefois lire votre vie. Thomas a été appelé Doctor Angelicus, sans doute en raison de ses vertus, en particulier du caractère sublime de sa pensée et de la pureté de sa vie. Je sais que Thomas d’Aquin est une présence importante chez vous.

Il démontra qu'il subsiste une harmonie naturelle entre foi chrétienne et raison. À cette époque de conflit entre deux cultures, il a montré que ce qui apparaissait comme de la raison non compatible avec la foi n'était pas raison, et que ce qui apparaissait comme de la foi ne l'était pas, si elle s'opposait à la véritable rationalité. Il a ainsi créé une nouvelle synthèse, qui a formé la culture des siècles qui ont suivi.



Outre les études et l'enseignement, Thomas se consacra également à la prédication au peuple. Et le peuple aussi venait volontiers l'écouter. C'est vraiment une grande grâce lorsque les théologiens savent parler avec simplicité et ferveur aux fidèles. Le ministère de la Prédication, d'autre part, aide à son tour les chercheurs en théologie à faire preuve d'un sain réalisme pastoral, et enrichit leur recherche de vifs élans (pour ce qui précède, voir Benoît XVI, Audience générale du 2 juin 2010).

Le Christ, Parole du Père, Vérité incarnée, source du beau et du bien, est celui qui a versé son sang pour les petits. Il est celui qui part à la recherche de la brebis, et pour lequel aucun prix n’est trop élevé pour la trouver. Il nourrit les siens, car son Cœur déborde d’amour pour eux. Il sait parler aux sages, et il est compris des humbles. Membres d’un Ordre clérical, vous disposez des deux éléments essentiels pour nourrir vos frères et sœurs : la Parole révélée et le Pain de vie.



On this feast of the Sacred Heart of Jesus, which also marks the close of the Year of the Priest, I am reminded of the role of a priest in interpreting the revelations to St. Margaret Mary Alacoque. The Jesus who appeared to the Visitation contemplative in her mystical prayer described St. Claude La Colombière as my “faithful servant and perfect friend”. What a marvellous description of someone who was open to the evolution of tradition and could see the new expression of a biblically-based piety! What a wonderful model, though different from St. Jean-Marie Vianney, for priests, especially religious priests. Let us ask for the grace to be such faithful servants and perfect friends of Our Lord.

On dit de saint Dominique qu’il ne parlait que de Dieu ou avec Dieu. « Aut cum Deo, aut de Deo » : voilà un défi qui traverse les âges, un défi qui n’a pas d’âge. À vous de le relever. Fidèles à la tradition, devenez vous-mêmes tradition.



Photo credit: Henri de Longchamp, o.p.

1 comment:

  1. Frère Gustave Nsengiyumva, o.p.June 27, 2010 at 9:41 PM

    Un grand merci à notre Archevêque d'Ottawa d'avoir pris la peine de venir à notre couvent pour l'occasion.

    ReplyDelete